Une étude sur les effets vertueux du crédit d’impôt phonographique

May 31, 2018

Le crédit d’impôt à la production phonographique voit ses effets vertueux confirmés par une étude que le Syndicat National de l’Edition Phonographique (SNEP) et l’Union des Producteurs phonographiques Français Indépendants (UPFI) viennent de publier.

 

Réalisée par le cabinet Xerfi auprès d’un panel de 17 sociétés représentatives, elle met en avant les avantages du dispositif qui permet de couvrir une partie des dépenses de production de nouveaux talents. Créé en 2007 en pleine crise du disque, « il a permis de préserver la production locale d’un risque d’effondrement majeur. Aujourd’hui, il joue un rôle structurant pour accompagner une nouvelle dynamique de la production musicale en France, en particulier francophone », soulignent les deux syndicats dans un communiqué commun.

 

Selon l’étude, le CIPP est garant de la diversité de la création musicale francophone, avec plus de 400 nouveaux talents soutenus chaque année depuis 2015, dont 8 ont dépassé en 2017 les 100 000 ventes pour leur premier album. Il est aussi « catalyseur d’effets vertueux sur l’ensemble de l’écosystème de la musique » (diversité des genres musicaux, droits d’auteur et revenus éditoriaux, tournées d’artistes, capacité de rayonnement à l’international…), comme sur les recettes de l’Etat. « En moyenne, 1 euro dépensé par l’Etat pour accompagner les nouveaux talents musicaux va générer en retour 3 euros de recettes fiscales et sociales. » font valoir le SNEP et l’UPFI.

 

L’étude démontre enfin que ce crédit d’impôt est « devenu partie intégrante de la prise de risque des producteurs dans un contexte où la production locale reste structurellement déficitaire ». Les producteurs investissent massivement, avec 17% des revenus investis en artistique et répertoire (A&R), soit plus que la part consacrée au R&D par tout autre secteur industriel.

 

« Le retour de la croissance sur le marché de la musique enregistrée ne doit pas nous leurrer. Dans un contexte plus que jamais concurrentiel pour nos artistes « made in France » et, alors que la production locale de musique enregistrée demeure structurellement déficitaire pour 9 projets sur 10 signés en France, il est plus que jamais décisif que les pouvoirs publics s’engagent à pérenniser ce dispositif et à le renforcer. » considèrent Guillaume Leblanc, directeur général du SNEP, et Jérôme Roger, directeur général de l’UPFI.
 

Télécharger l'étude

 

 

 

Please reload

Posts récents
Activités & Services
Conseil - Coaching - Coordination de projets - Accompagnement d'artistes - Formations - Gestion de campagnes de crowdfunding - Etudes - Modération de Conférences - Média-training - Organisation et animation d'événements professionnels...
Voir le site www.gildas-lefeuvre.com.
Please reload

Archives
Liens

ADAMIBUREAU EXPORTCISACCNVCSDEMEIFEIL • FCMGAMGESACIFPI IMPALA IMMFIRMA MaMAMIDEMMMFFPRODISSSACEMSCPPSNACSNEPSPEDIDAMSPPFTPLMUNACUPFIZONE FRANCHE.

Journaliste spécialisé et observateur privilégié de l’industrie musicale et de ses mutations depuis plus de vingt ans, mais pas que…  S’est positionné depuis plusieurs années comme « accélérateur de (music)business ». En savoir plus.

Blog de Gildas Lefeuvre
S'abonner

Inscrivez-vous à mes listes d'envoi pour recevoir la newsletter GL Connection adressée par mail à plus de 20 000 professionnels et ne rien rater d'essentiel de l'actualité du secteur Musique. Voir en bas de page.

Please reload

Contacter GL Connection
Pour les archives antérieures, vous pouvez aussi consulter mon précédent blog www.reseauglconnection.com, qui n'est plus actualisé mais reste toujours accessible, avec plus de 2 500 articles publiés depuis 2006.

© Gildas Lefeuvre 2020

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon