Streaming : l’UPFI propose un changement total du système de répartition

May 30, 2017

Constatant une concentration grandissante du nombre d’écoutes au profit de quelques dizaines de titres, qui bénéficie essentiellement à un segment des musiques urbaines, l’Union des Producteurs Français Indépendants appelle à un changement total de mode de répartition des revenus du streaming.

 

Pour l’UPFI, le système actuellement en vigueur du « prorata numeris » (répartition selon le nombre d’écoutes d’un même titre rapporté à l’ensemble des écoutes de titres par pays et par mois) a des effets pervers. « Il n’est pas sain que le niveau de la rémunération des ayants droit soit impacté par les performances des titres interprétés par d’autres artistes », explique Jérôme Roger, directeur général du syndicat, dans un entretien à Electron Libre. II estime qu’à terme, « si cette règle perdurait, elle conduirait à un écrasement de la rémunération d’un grand nombre d’artistes, ceux qui ne figurent pas dans le sommet de la pyramide » (ce qui est déjà le cas, se plaignent certains) et pourrait provoquer une asphyxie de la production locale « car les revenus des répertoires les moins exposés seraient asséchés ».

 

Vers un rééquilibrage du partage de la valeur

 

Dans un communiqué, l’UPFI juge que l’accélération de la croissance du streaming rend nécessaire une meilleure autorégulation de ce marché « afin d’assurer un développement plus harmonieux de ce qui va devenir demain le modèle dominant de la musique enregistrée ». Le syndicat se prononce résolument en faveur d’un modèle de répartition « user centric », calculé sur le nombre d’écoutes que génère un même titre au niveau de chaque abonnement, et non plus au prorata numeris de l’ensemble des streams.

 

I s’agirait donc d’un changement complet de paradigme économique (« Nous le devons à nos artistes et à toute la production musicale »), dont l’idée a été lancée par Deezer qui l’a soumise aux principaux producteurs et distributeurs, lesquels ne se sont pas encore prononcés. Pour les majors, la bascule proposée ne changerait pas grand-chose en termes de volume de rémunération mais aurait un effet redistributif entre artistes et certains répertoires, fait valoir Jérôme Roger.

 

« C‘est un débat transversal qui concerne tous les acteurs de la musique. Il s’agit de rééquilibrer la répartition des revenus et de créer les bases d’un modèle plus vertueux pour l’ensemble des catalogues et des répertoires (…). C’est un enjeu d’intérêt général. Pour nous, le vrai débat sur le partage de la valeur se situe à cet endroit », souligne le directeur général de l’UPFI.

 

Please reload

Posts récents
Activités & Services
Conseil - Coaching - Coordination de projets - Accompagnement d'artistes - Formations - Gestion de campagnes de crowdfunding - Etudes - Modération de Conférences - Média-training - Organisation et animation d'événements professionnels...
Voir le site www.gildas-lefeuvre.com.
Please reload

Archives
Liens

ADAMIBUREAU EXPORTCISACCNVCSDEMEIFEIL • FCMGAMGESACIFPI IMPALA IMMFIRMA MaMAMIDEMMMFFPRODISSSACEMSCPPSNACSNEPSPEDIDAMSPPFTPLMUNACUPFIZONE FRANCHE.

Journaliste spécialisé et observateur privilégié de l’industrie musicale et de ses mutations depuis plus de vingt ans, mais pas que…  S’est positionné depuis plusieurs années comme « accélérateur de (music)business ». En savoir plus.

Blog de Gildas Lefeuvre
S'abonner

Inscrivez-vous à mes listes d'envoi pour recevoir la newsletter GL Connection adressée par mail à plus de 20 000 professionnels et ne rien rater d'essentiel de l'actualité du secteur Musique. Voir en bas de page.

Please reload

Contacter GL Connection
Pour les archives antérieures, vous pouvez aussi consulter mon précédent blog www.reseauglconnection.com, qui n'est plus actualisé mais reste toujours accessible, avec plus de 2 500 articles publiés depuis 2006.

© Gildas Lefeuvre 2018

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon